Edito de Jean Pierre Mercier

Publié le par Jean-Pierre Mercier

Aujourd’hui plus que jamais.

En écrivant ces quelques mots, je souhaitais modestement, lutter contre la morosité, contre le « c’était mieux avant » en vous proposant des exemples puisés dans mon quotidien, des petits riens qui sont autant de raisons d’espérer.

Un concert dans une église. Il y a quelques semaines, Albacyn, un groupe de musique arabo-andalouse, donnait un concert dans l’église Saint Jean située dans un quartier populaire de Bourges. Cette soirée était organisée par l’association El Qantara. Est-il nécessaire que j’ajoute un commentaire ? Quel bel exemple de tolérance et de bien vivre ensemble !

Le Printemps des Poètes. En 2016 ce sera le dix-huitième Printemps des Poètes, une aventure extraordinaire à laquelle bien peu croyaient. En ces temps de difficultés économiques (je sais être réaliste), je salue la confiance renouvelée de la Ville de Bourges et du Conseil Départemental qui nous ont permis d’assurer un dix-septième Printemps des Poètes… Ce n’est pas le cas dans bien des villes où les élus ont tendance à se laisser séduire par des discours populistes qui affirment que la culture coûte trop cher.

Les randonneurs du dimanche. Dans un tout autre domaine j’ai trouvé une raison d’espérer. Je suis toujours surpris de croiser sur les routes le dimanche matin ces randonneurs qui savent joindre l’effort au plaisir de marcher ensemble sur les beaux sentiers du Berry, sans esprit de compétition. C’est vrai, notre région offre des chemins de promenades magnifiques et autant de raisons de trouver la vie belle.

Un repas partagé. Dans un quartier berruyer une équipe de paroissiens organise chaque mois un repas pour plus de soixante-dix invités, souvent seuls dans la vie… et pour une participation de trois euros. Un bel exemple de générosité.

J’ajoute une dernière raison d’espérer en évoquant une rencontre de poètes près de la place Jean Ferrat à Paris... un autre symbole. A Paris, dans une petite salle anonyme où chanta jadis Edith Piaf, une centaine de poètes se sont rencontrés pour partager leur poésie mais surtout un moment d’amitié. L’ambiance chaleureuse me fit oublier les soucis de la vie quotidienne.

Bien sûr mes propos peuvent paraître frivoles, mais aujourd’hui plus que jamais, il nous faut défendre nos belles valeurs. Je crois que la vie sera toujours plus forte que la mort, l’espoir l’emportera toujours sur la désespérance, l’amour chassera toujours la haine et, même si c’est bien modeste (ou prétentieux !), formulons le voeu que les poètes soient, demain encore plus qu’hier, des artisans de paix.

Jean Pierre Mercier

Publié dans Messages

Commenter cet article