La République des Poètes

Publié le par Jean-Pierre Mercier

La République des Poètes

        Notre pays est entré dans une année importante, une année électorale et nous entendrons souvent évoquer la belle devise de notre République : Liberté, Égalité, Fraternité.

J’ai la prétention de penser que cette devise convient tout à fait à notre association. Je m’explique.

Liberté : depuis plus de vingt ans, nous disons et répétons que nos rencontres, nos lectures, nos scènes ouvertes, les cartes blanches que nous offrons à nos invités lors des Printemps des poètes sont autant d’espaces de liberté que nous mettons à la disposition de nos invités. Si nous avons eu quelques appréhensions, nous n’avons jamais eu à le regretter.

Égalité : nous ne jugeons, ni la prestation des uns et des autres ni la qualité de l’écriture de ceux qui nous confient leurs textes. Au nom de qui ou de quoi nous permettrions-nous de distribuer des bons ou des mauvais points ? L’égalité, c’est aussi le souhait de publier dans chaque Lettre des poèmes de nos adhérents dans la limite de la place disponible.
 
Fraternité : alors que la plupart des associations perdent des adhérents, nous en accueillons chaque année des nouveaux. Nous sommes organisés pour permettre au plus grand nombre de berrichons de participer au moins une fois par mois à une de nos rencontres. Et nous organisons deux ou trois fois par an des rendez-vous qui peuvent permettre aux amis éloignés de se joindre à nous. C’est ainsi que nous vous invitons à participer au repas des poètes le 12 mars prochain. Nous savons aussi offrir l’hospitalité à des poètes venus d’ailleurs en publiant leurs textes sans qu’ils soient adhérents à l’association. Dans cette Lettre, nous accueillons même des poètes africains  pour honorer le thème de ce 19e Printemps des poètes.

J’ai le sentiment de me répéter mais je le redis encore aujourd’hui, la première mission d’une association, quel qu’en soit l’objet, c’est de tisser un lien social entre des personnes animées par une même passion et quelquefois seules. À l’aube de ce Printemps des Poètes, une association ne vaut que par l’investissement de chacun et pas seulement par l’engagement d’une ou deux personnes. C’est le cas chez nous où de plus en plus d’adhérents s’investissent. C’est pour toutes ces raisons que j’ose vous demander à nouveau l’autorisation d’écrire au fronton de la maison Poètes en Berry ces trois mots Liberté, Égalité, Fraternité...

Publié dans Messages

Commenter cet article