Poète du mois d'octobre

Publié le par Fabrice D

Poète du mois d'octobre

Poète du mois d'Octobre
Christian Bobin, (poète contemporain)

Né en 1951. Ecrivain chrétien
(Je le mentionne car la religion prend une place importante dans son oeuvre.)

Il a travaillé pour la bibliothèque et l'Ecomussée. Il a été rédacteur à la revue Milieux et il a également été élève infirmier en psychiatrie.

Sa forme de prédilection est le fragment, une écriture concentrée faite de petits tableaux représentatifs d’un moment. Ses ouvrages tiennent à la fois ou séparément du roman, du journal et de la poésie en prose.

Il connaît un certain succès à partir notamment d’Une petite robe de fête (1991), mais reste un auteur « amoureux du silence et des roses », fuyant le milieu littéraire. «

En 1992, il rencontre un autre succès, grâce à un livre consacré à saint François d’Assise : Le Très-Bas.


Citations:

"Les tendres nuages que je vois ébréchés dans le ciel bleu n'ont pas connu mon père et pourtant par leur consentement au réel qui les broie, il me parlent très bien de lui" (...). "Les nuages sont de très grand penseurs"

"Enlevez-moi ça": c'est ce que dit la mère de Callas à sa naissance, avant de reprendre sa fille quatre jour après. Le chant non humain de la diva monte de l'enfer de ces quatre jours.

"L'amour est comme dans ce livre d'Emily Brontë: un fou qui court les montagnes et dort dans les genêts, une parole déchirée par le vent, sans écho. Les homes ne savent pas répondre à cette parole-là. Il ne faut pas trop leur en vouloir. Qui sait répondre au vent qui court dans les genets?"

"Il n'y a rien d'autre à apprendre que soi dans la vie. Il n'y a rien d'autre à connaître."

Commenter cet article